Le cloud hybride privilégié par 63 % des DSI Français

SUSE dévoile les résultats de son étude mondiale dédiée à l’adoption du Cloud : l’infrastructure SDI, les conteneurs et le DevOps sont largement adoptés par les responsables informatiques pour répondre aux exigences des marchés actuels.

Les résultats de la dernière étude mondiale SUSE, pionnier des logiciels open source, démontrent que l'adoption du cloud est en plein essor et accompagne la transformation informatique dans l'entreprise.

L'utilisation du cloud dans les entreprises françaises, notamment le cloud hybride, est motivée par une série de facteurs, allant du coût à la productivité en passant par la consolidation des centres de données. Pour les entreprises Françaises, passer du développement dans le cloud public à la production dans le cloud privé est le scénario idéal, et elles devraient être nombreuses à le mettre en pratique dans les deux prochaines années. En ligne avec l'accent mis sur la consolidation, la SDI est considérée comme l'avenir du datacenter et un moyen de fournir des ressources informatiques plus rapidement.

L'étude donne un aperçu de ce qui motive l’adoption et l'essor des nouvelles technologies, et pourquoi celles-ci sont vitales pour les professionnels de l'informatique qui cherchent à soutenir leurs initiatives de transformation en améliorant leur agilité, limitant les risques et réduisant leurs dépenses opérationnelles. Les résultats de l’étude comprennent :

La croissance du cloud se poursuit avec une forte évolution de l'hybride - La technologie cloud a mûri au point que de nombreuses entreprises adoptent une stratégie cloud-first, voire cloud-only. La croissance devrait se poursuivre pour tous les types de cloud, en particulier le cloud hybride (63 % des répondants) contre seulement 37 % pour le cloud privé et 17 % pour le cloud public.

62% des personnes interrogées adopte le cloud dans le but de réduire leurs coûts ; parmi les autres raisons : consolider les datacenters (55 %), rééquilibrer les dépenses d'exploitation et d'investissement (50 %), et améliorer la productivité des développeurs et programmeurs (50 %).

Les modèles privés et hybrides sont préférés pour les charges de travail stratégiques, 89 % des répondants déclarant qu'ils aimeraient passer du développement dans le cloud public à la production dans leur propre cloud privé.

L’avenir des datacenters réside dans la SDI – 91 % des entreprises françaises estiment que l'infrastructure définie par logiciel est l'avenir du datacenter. Elles y voient plusieurs avantages commerciaux et technologiques, notamment la gestion simplifiée des datacenters (65 %) et la livraison plus rapide des ressources informatiques (60 %) En parallèle des tendances générales de la croissance du cloud, les entreprises françaises préfèrent le cloud hybride pour les charges de travail critiques (48 %), suivi du cloud privé (36 %) et du cloud public (avec seulement 12 %) 80 % des personnes interrogées déclarent qu’elles passeraient idéalement du développement dans le cloud public à la production en cloud privé. 36 % ont migré les charges de travail du cloud public vers le cloud privé au cours des 12 derniers mois et 51 % prévoient de le faire dans les deux prochaines années. Les principales raisons sont les problèmes de sécurité (54 %), la disponibilité (46 %) et les problèmes de performance (45 %). 79 % s'attendent à ce que le cloud privé simplifie les problèmes de sécurité des données

DevOps : une tendance qui devient réalité - Les entreprises privilégient désormais l’approche DevOps, et 85 % des personnes interrogées le considèrent comme faisant partie de leur future stratégie informatique.

L'adoption de conteneurs continue de gagner du terrain – 31 % des entreprises Françaises (contre 27 % de moyenne dans le monde) utilisent actuellement des conteneurs, et 37 % prévoient de les utiliser dans les 12 prochains mois. Beaucoup considèrent les conteneurs comme des facilitateurs pour le DevOps, car ils aident les organisations à mieux allouer les ressources (63 %) et à améliorer la fiabilité (52 %).

• Les compétences et l'expérience restent une préoccupation majeure - En France, 60 % des entreprises sont encore préoccupées par le manque de compétences disponibles sur le marché en matière de cloud (contre 72 % en moyenne). En conséquence, les responsables informatiques affirment qu'il est important d'améliorer et de renforcer les compétences dans le cloud privé (92 %), le cloud hybride (92 %) et les domaines émergents tels que l'IoT (85 %), les conteneurs (85 %), l’analytique (82 %), le DevOps (79 %) et OpenStack (75 %). Environ la moitié des personnes interrogées (48 %) affirment que la responsabilité de développer de nouvelles compétences informatiques incombe aux employés plutôt qu'à l’entreprise, un résultat inférieur à la moyenne mondiale (55 %).

• Adoption d’OpenStack - Dans un contexte où de nombreuses entreprises adoptent des solutions cloud privées et hybrides, OpenStack gagne en popularité. Parmi les entreprises Françaises interrogées, 18 % ont déjà déployé la technologie OpenStack (le double qu’en 2015) et 35 % effectuent actuellement des tests. Les entreprises se tournent vers la technologie de cloud privé open source en raison de sa flexibilité (59 %), de l'opportunité de réduire les coûts globaux (53 %) et des opportunités d'intégration et d’adaptabilité (53 %). « Aujourd'hui, chaque entreprise est une entreprise numérique, et l'adoption d'une infrastructure logicielle souple et agile peut faire la différence », a déclaré Thomas Di Giacomo, CTO chez SUSE. « L'innovation et l'adaptabilité inhérentes aux logiciels open source sont des facteurs primordiaux pour répondre aux exigences informatiques actuelles tout en préparant un avenir réussi. »