OVH choisi Londres pour implanter un premier centre de données au Royaume-Uni

OVH a choisi la proche banlieue de Londres pour installer le premier de ses trois centres de données prévus outre-Manche. Situé à moins d’une demi-milliseconde du PoP de Londres, le bâtiment acquis par OVH dispose d’une connexion directe vers Gravelines (puis Roubaix et Paris), Amsterdam (puis Bruxelles et Francfort), Montréal et New York, via le réseau fibré déployé par le groupe à travers le monde. La mise en service de ce premier datacenter, d’une capacité de 40 000 serveurs (pour une superficie de 4 000 m²), est prévue pour fin mai 2017.

Un centre de données opérationnel en 6 mois

Le groupe OVH, qui a fait l’acquisition d’un édifice il y a quelques jours, est déjà prêt à démarrer les travaux d’aménagement de son tout premier centre de données au Royaume-Uni. Il y installera jusqu’à 40 000 serveurs dans un bâtiment en propre, sans colocation. Fidèle à ses valeurs d’agilité, le leader européen du Cloud prévoit une mise en service du centre de données pour la fin du mois de mai 2017 au travers de ses offres Discovery, puis de l’ensemble de son catalogue commercial.

Cette rapidité de déploiement s’explique par l’expertise d’OVH et sa maîtrise de l’ensemble de la chaîne de l’hébergement, mais aussi par la nature même du bâtiment qui appartenait auparavant à un opérateur de télécommunications. Le premier des trois datacenters prévus outre-Manche sera interconnecté au point de présence d’OVH à Londres via un double chemin fibré. Enfin, la proximité de deux sous-stations offre la possibilité d’augmenter significativement la capacité électrique du site.

Trois datacenters au Royaume-Uni

Les deux autres datacenters prévus par OVH sur le territoire britannique permettront de fournir aux utilisateurs une solution de backup avec un second site dans la périphérie de Londres et un troisième suffisamment éloigné géographiquement pour constituer un site de reprise en dehors du domaine de panne des deux autres sites. Les 3 datacenters seront bien sûr reliés, comme les autres centres de données du groupe, par le vRack réseau privé développé par OVH pour faciliter le déploiement d’infrastructures multisites.

Présent depuis 2007 en Angleterre, via une filiale basée à Londres et située à quelques kilomètres du futur datacenter, OVH a déjà séduit une clientèle britannique nombreuse, faite de startups (à l’instar de BulbThings, qui veut révolutionner l’asset management grâce au datamining) et de grands comptes tels que Lineup Systems, spécialisé dans les outils de publicité en ligne, ou XTM International, leader anglais des technologies de traduction).

Un plan d’expansion ambitieux

Après avoir annoncé en octobre dernier l’ouverture de trois centres de données en Australie, à Singapour et en Pologne, OVH poursuit ses investissements en Europe. Afin de financer son projet d’expansion mondiale, le spécialiste du Cloud a procédé en 2016 à une augmentation de son capital de 250 millions d’euros avec les fonds d’investissement KKR et TowerBrook, et annoncé un plan d’investissement de 1,5 milliard d’euros en 5 ans. De quoi financer la construction de nombreux centres de données supplémentaires d’ici à la fin de l’année 2017 aux États-Unis, en Italie, en Espagne, en Angleterre, aux Pays-Bas, et en Allemagne, où OVH vient de faire l’acquisition d’un premier site non loin de son PoP de Francfort.

Au terme de son plan de déploiement, OVH proposera à ses clients — plus d’un million aujourd’hui — un choix de datacenters dans 11 pays sur 4 continents, le tout interconnecté par son propre réseau, d’une capacité actuelle de 7,5 Tbps.