Analyses

Serveur, datacenter : un futur incertain mais tellement excitant

Cela fait plusieurs mois que nous nous posons des questions sur l’avenir des serveurs. Les difficultés des constructeurs historiques sont réelles. Les initiatives tels que l’Open Compute remodèle le rôle du constructeur. Les processeurs ARM ne demandent qu’à disrupter le marché et la notion même de serveurs. Pour nous, l’avenir du serveur n’est pas dans le x86 mais dans d’autres types de processeurs et d’architectures globales. Oui, x86 demeure plus puissants mais est-ce suffisant pour faire du serveur et des datacenters uniquement x86 ?

Les IoT sont condamnés à un modèle hybride

Le tout connecté, le tout Cloud pour les objets connectés, les fameux IoT (Internet des Objets), va-t-il radicalement changer de nature ? Pour des objets passifs avec une récupération de données peu fréquentes, cela ne va pas changer grand-chose. Les IoT utilisant des infrastructures télécoms basées sur Lora ou Sigfox, rien de nouveau. Par contre pour tous les objets utilisant une connexion Internet ou 3G / 4G pour se connecter à des plateformes cloud pour envoyer, récupérer, traiter les données, déporter tout ou partie l’intelligence de l’objet, les problèmes se multiplient.

Fog Computing : IoT, Cloud Computing et local

Le monde technologique aime les nouveaux concepts ou faire passer pour nouveau ce qui existait déjà mais pas avec le même mot. Le Fog Computing c'est un peu ça. En gros, le Fog Computing est une architecture décentralisée pour les données et les traitements, sans oublier le stockage et les applications sont distribués. On évoque souvent le Fog Computing lié au Cloud Computing et aux IoT, les fameux objets connectés. Au lieu de tout traiter, et donc de tout envoyer, vers le Cloud, il s'agit de stocker et de traiter des données localement, directement sur l'objet connecté, notre fameux IoT.

Interface vs Terminal : l’art d’administrer son cloud

Le Cloud c’est simple comme un clic de souris et une page web. Effectivement, la plupart des fournisseurs de Cloud mettent en avant la facilité d’administration. Le portail web cache toute la complexité. Cette approche est parfaite pour un service SaaS ou quand mon équipe IT est très limitée ou que les besoins en administration sont minimes.

2017, sans surprise, le Cloud dans son IT

Ce ne sera une surprise pour personne, le Cloud, au sens large, sera, une fois de plus, la vedette, des environnements IT en 2017. Il est désormais un composant de toute stratégie IT d'une entreprise. Les services SaaS, SaaS / PaaS / IaaS, sont partout. Les services SaaS prendront encore plus de place même sans forcément le savoir. Sur la partie mobile, de plus en plus d'apps utilisent des services cloud, notamment du stockage. 

Project Olympus : un design serveur cloud open source

Le matériel ouvert, ou Open Hardware, n'est pas une nouveauté. Dans de nombreux domaines, l'open hardware existe et prospère. Dans le monde serveur, l'initiative OpenCompute existe depuis plusieurs années pour proposer des spécifications standards et ouvertes à tout le monde. Microsoft a dévoilé un nouveau serveur dédié à la montée en charge massive et bien entendu au cloud computing. Microsoft collabore depuis plusieurs années au projet OpenCompute.

Google Cloud : clair ou pas clair ?

Google a décidé de changer, une fois de plus, un nom d'un service. Cette fois-ci, Google for Work devient Google Cloud qui inclut la Cloud Platform, les apps de collaboration et de production, les API de Machine Learning et de Maps, etc. Et pour vous aider, Google renomme les apps de collaboration et de productivité G Suite... Le tout avec une orientation entreprise et des garanties contractuelles. A cela se rajoute Android et Chrome.

Avantage : tout est regroupé sous un seul nom

Inconvénient : perte des repères que nous avions

Pages