CloudKitty devient générique, avec Docker et Kubernetes en ligne de mire

Dans la dynamique du projet de R&D Wolphin 2.0 (FUI 22 - Fonds Unique Interministériel - co-financé par la région Ile-de-France), Objectif Libre fait évoluer le projet Open Source CloudKitty pour lui donner un cadre plus large.

Pour rappel, Wolphin 2.0 est un projet  100% Open Source, soutenu par le pôle Systematic  (via son Groupement Thématique Logiciels Libres) qui vise à proposer une solution performante d’hypervision et de facturation des architectures micro-services utilisant des conteneurs.

La dernière version de CloudKitty, sortie en février dernier, dans le cadre de la version OpenStack Queens, intégrait déjà les premières retombées de Wolphin, en particulier en simplifiant la manière dont les métriques à analyser/évaluer pour la facturation sont identifiées par CloudKitty.

Une évolution majeure vient de faire son entrée dans le code du projet OpenStack, avec désormais la possibilité de prendre en compte des métriques qui ne proviennent pas de OpenStack et en particulier, la possibilité de traiter les métriques qui proviennent de Prometheus, le projet de la fondation Linux, qui est intégré dans l'écosystème Cloud Native Computing, c'est-à-dire avec tout l'environnement de Kubernetes.

Pour illustrer cette faisabilité, Objectif Libre vient de publier un démonstrateur de l'utilisation de métriques provenant de Traefik, exportées dans Prometheus : https://olib.re/20180524-tuto-cloudkitty-prometheus-traefik
 
Pour Christophe Sauthier, CEO & fondateur d’Objectif Libre et également Project Technical Leader de CloudKitty : "La possibilité de proposer une solution de valorisation de métriques génériques, et d'avoir désormais nativement le support de Promotheus comme nous venons de le mettre en évidence, est un grand pas en avant pour CloudKitty. Permettre la facturation des conteneurs et des orchestrateurs associés est une première dans l'écosystème Open Source. Nous comptons nous appuyer sur ces fonctionnalités innovantes pour notre développement international qui est engagé, avec l'ouverture récente d'un bureau à Stockholm."

Pour les équipes impliquées, le développement de CloudKitty est très actif : d’une part continuer le travail entrepris dans Wolphin 2.0 en renforçant l’aspect « générique » de l’outil et son indépendance par rapport à OpenStack,  d’autre part mener plusieurs refontes en profondeur de la solution pour la rendre plus évolutive et plus performante.