HP Discover 2014 : HP a la tête dans le cloud... et dans le Big Data !

Les préoccupations de la DSI portent aujourd'hui sur l'optimisation et l'automatisation de leur datacenter, le big data et le cloud computing. HP répond à ses attentes en faisant évoluer ses offres. Ainsi les premières annonces de HP Discover vont dans ce sens, du datacenter support du cloud au HPC Apollo, du stockage au réseau, avec une couche Software-defined Data center.

En direct de Las Vegas avec notre correspondant, Samuel Gaulay

HP est entré dans le vif du sujet dès l'ouverture de HP Discover, la grand messe mondiale de l'écosystème de HP. Avec la volonté de nous démontrer sa capacité à aller dans le sens des attentes du marché via sa stratégie d'innovation de ses infrastructures permettant de faire évoluer le datacenter vers le support du cloud et du big data. Pour cela, HOP a cumulé les annonces sur le calcul haute performance, le stockage et la sauvegarde des données, la virtualisation du réseau, la convergence des plateformes et l'intégration du paiement à l'usage. Sans oublier d'apporter les outils pour la mise en oeuvre d'une approche logicielle et innovante du datacenter en franchissant un nouveau pas vers le SDDC (Software-defined Data Center).

L'an passé, l'accent avait été donné sur les serveurs. HP profitait du lancement par Intel des dernières versions de ses processeurs Xeon pour serveurs pour mettre à jour sa gamme. En revanche, le constructeur - dont Meg Whitman, la CEO, semblait engluée dans les péripéties d'Autonomy, l'éditeur britannique racheté à prix d'or certainement largement surévalué – avait marqué un temps d'arrêt sur certaines gammes pourtant stratégiques, comme le stockage, la sécurité, et l'infrastructure cloud. HP Discover 2014 aura été l'occasion de rattraper une partie du temps perdu.

Stockage des données, flash et sauvegarde

En matière de stockage des données, la question n'est plus aujourd'hui dans les volumes, qui ne cessent d'augmenter avec la diversification des formats, en particulier non structurés (textes, mails, images, vidéo, etc.), mais dans l'exploitation de données qui ne cessent de prendre de la valeur. Cette dernière notion donnant toute sa valeur au big data. Les entreprises sont donc non plus dans l'attente de solutions de stockage de la donnée, qui existent, que de solutions performantes de traitement et de sécurisation de l'information, capables également de supporter une approche cloud.

C'est dans cette vision du stockage qu'il faut replacer les dernières annonces de HP sur Discover. Sur la performance, tout d'abord, HP mise sur le stockage flash avec la baie de stockage full-flash HP 3PAR StoreServ 7450 Storage. De configuration 2U ou 4U, elle permet d'atteindre 220 To sur jusqu'à 48 disques SSD, avec au maximum 24 ports Fibre Channel 8 Gb/sec et/ou 8 ports iSCSI 10 GbE, et 900.000 IOPS. Les performances élevées de ces appliances reposent également sur des capacités de déduplication intégrées qui permettent de limiter les volumes de données placées sur les disques SSD. Sur la sécurité également avec une nouvelle solution d'appliance de sauvegarde et restauration HP StoreOnce Backup, qui intègre StoreOnce Catalyst pour consolider la sauvegarde depuis de multiples serveurs et donner un accès vers l'archivage.

HP Apollo, le HPC au service du big data

Avec l'annonce de HP Apollo, le constructeur lance la révolution dans le calcul HPC (High-Performance Computing) en proposant une nouvelle famille de super-calculateurs de conception modulaire. HP Apollo 6000 System est proposé sous la forme d'un rack construit sur la base d'un serveur HP ProLiant XL220a Server et climatisés par air. HP Apollo 8000 System est un châssis qui accueille des serveurs ProLiant XL730f Server refroidis par eau et basse consommation énergétique, et qui peut atteindre une densité de 250 teraflops.

L'émergence du big data s'accompagne d'attentes fortes de puissance de calcul pour accompagner et réaliser les analytics. Ces derniers ne peuvent se concevoir sans infrastructure capable de supporter des demandes de calcul massif. Ni d'ailleurs pour sa démocratisation sans prendre place dans le cloud. Ce qui chez HP se traduit également par HP Helion Self-Service HPC, une solution de plateforme de cloud privé pour accéder aux ressources HPC basée sur la distribution OpenStack.

Virtualiser le datacenter et piloter l'infrastructure

Il plane un air de SDDC (Software-defined Data Center) sur HP Discover. Le constructeur a d'ailleurs franchi une étape cruciale dans le mouvement engagé vers les infrastructures logicielles en proposant de migrer vers une architecture de réseau SDN (Software-defined Networking) basée sur les commutateurs HP FlexFabric Datacenter série 7900pilotés via une nouvelle solution logicielle HP Virtual Cloud Networking SDN Application. De quoi offrir l'agilité nécessaire au déploiement du cloud en occultant la complexité des réseaux hétérogènes - qui souvent affichent leur âge - via une sur-couche de virtualisation.

En construisant son infrastructure du futur, HP répond aux attentes du cloud, du stockage de la données et du big data. Mais pour accompagner la transformation du datacenter qui supporte cette infrastructure et le nuage, il faut une solution adaptée de supervision et de pilotage. HP fait donc évoluer sa solution HP OneView en intégrant les produits évoqués ci dessus, et en ajoutant la reconnaissance des infrastructures virtuelles telles le SDN pour leur administration, dans une approche qualifiée de SDCM (Software-Defined Converged Management). HP ConvergedSystem for Virtualization permet l'automatisation des fonctionnalités d'IT-as-a-Service via le support deVMware vSphere. HP a également annoncé le support de Microsoft HyperV. Enfin HP a complété son approche de la supervision du cloud public HP Technology Services avec une solution de paiement à l'usage, HP Datacenter Care Flexible Capacity, une brique vers le cloud hybride.

Samuel Gaulay