Le Cloud français en tête du marché européen ? Pas si simple

Selon une étude d’EuroCloud (association qui réunit l’écosystème du Cloud en Europe) et du cabinet Markess publiée il y a quelques jours, la France est le premier marché du Cloud en Europe. Si les chiffres traduisent une dynamique positive, ils dissimulent pourtant la réalité d’une adoption à deux vitesses, comme l’expliqueAnthony Cross, directeur avant-vente Europe du Sud chez Progress, le spécialiste des applications d’entreprise :

« Il n’est pas étonnant que la France soit perçue comme l’un des marchés les plus porteurs pour le Cloud car il propose une réponse aux contraintes d’innovation et de gestion des coûts, particulièrement fortes dans l’hexagone. Pourtant, il existe un fossé entre le nombre d’entreprises qui s’intéressent au Cloud et le nombre de celles qui l’ont adopté. Le Cloud Computing a su rapidement trouver sa place dans les entreprises du CAC40 qui disposent d’équipes de spécialistes capables de préparer, implémenter et soutenir un projet de transformation informatique, mais les petites et moyennes entreprises, qui constituent la plus grande partie du tissu économique français, ainsi que les groupes évoluant dans des domaines très spécifiques, notamment les groupes industriels, restent sur la touche ou ne bénéficient des avantages du Cloud que sur une partie minime de leur activité.

 Pour faire du Cloud français le fer de lance du Cloud européen, les acteurs doivent continuer les efforts mis sur la protection des données et présenter le Cloud comme une continuité et non plus comme une rupture, et tout ce qu’une rupture représente en termes de coûts et de risques. »