Les consommateurs français promettent de pénaliser les entreprises qui échouent à sauvegarder leurs données et de récompenser celles qui font de la protection de leurs données une priorité

Les résultats d’une nouvelle étude menée par Veritas Technologies, entreprise de gestion des données multi-cloud, révèlent que les consommateurs français ont une faible confiance envers les entreprises pour sauvegarder leurs données personnelles. Avec de plus en plus d’entreprises qui subissent une violation des données et des hackers ayant parfois une longueur d’avance, la moitié (50%) des consommateurs français considèrent que la plupart des entreprises ne savent pas comment protéger leurs données personnelles.

De plus, l’étude Veritas Global Data Privacy Consumer montre aussi que les consommateurs français entendent prendre de vives mesures pour pénaliser les entreprises qui ne sauvegardent pas leurs données et récompenser celles qui les sauvegardent.

De nombreuses entreprises à travers le monde comptent sur les données pour cibler de manière efficace les consommateurs et proposer des biens et services permettant ainsi d’améliorer leur expérience client. Toutefois, avec l’introduction de réglementations strictes de mise en conformité, permettant aux personnes de disposer davantage de pouvoir sur leurs données, comme le Règlement Général sur la Protection des données (GDPR)  - de nombreux consommateurs scrutent avec attention les entreprises et les tiennent pour responsables de la protection de leurs données personnelles.

La « nouvelle norme »

Cette nouvelle étude, commandée par Veritas et réalisée par 3GEM, menée auprès de 12 500 personnes à travers 14 pays, dont 1000 Français, a révélé que les consommateurs entendent récompenser les entreprises qui protègent correctement leurs données et pénaliser celles qui les protègent mal en achetant ailleurs ou en attaquant leurs images de marque.

Trois sondés sur cinq (60%) ont indiqué vouloir arrêter d’acheter des produits ou services d’une entreprise ayant échoué à protéger leurs données alors qu’au moins la moitié (45%) indiquent qu’ils pourraient renoncer à sa fidélité auprès d’une marque particulière, pour se tourner vers une marque concurrente.

Plus de 8 sondés sur 10 (86%) indiquent qu’ils pourraient inciter leurs amis et familles à boycotter l’entreprise alors que près des trois quart des sondés (73%) iraient même jusqu’à signaler l’entreprise aux législateurs. Les trois quart (72%) des répondants français considèrent qu’ils pourraient poster des commentaires négatifs sur l’entreprise en ligne.

Cependant, l’étude montre que les consommateurs comptent aussi récompenser les entreprises qui protègent correctement leurs données. Près de la moitié des sondés (46%) en France indiquent qu’ils pourraient dépenser plus en faveur des entreprises qui leur inspirent confiance en matière de protection de leurs données avec près d’un tiers (30%) qui serait prêt à dépenser 25% de plus auprès des entreprises qui protègent leurs données sérieusement.

« La confiance dans les entreprises a été érodée par des fuites de données et les cas très visibles où les entreprises ont montré le manque de compréhension sur la manière dont les données des consommateurs étaient utilisées ou partagées » a indiqué Daniel De Prezzo , Head of Technology Southern Europe chez Veritas.

« Comme les consommateurs demandent plus de transparence et de responsabilité de la part des entreprises, la « nouvelle norme » verra les consommateurs récompenser ces entreprises qui ont de bonnes pratiques en matière d’hygiène des données alors qu’ils pénaliseront celles qui n’en n’ont pas.  Les entreprises doivent être vues comme les gardiens de confiance des données s’ils veulent en récolter les fruits et bénéficier de la confiance des consommateurs ».

Des inquiétudes accrues à propos du recueil des données personnelles

Comme l’attention portée sur la façon dont les données personnelles sont utilisées et partagées augmente, l’étude montre que les consommateurs français n’autorisent pas le partage des données personnelles suivantes :

  • Les détails sur les finances personnelles, incluant les salaires et les emprunts (64%) 
  • Les détails sur les dossiers de santé/médicaux (51%) 
  • Les habitudes en ligne (44%)
  • Les préférences religieuses (36%) 
  • L’orientation sexuelle (34%) 
  • Le lieu (26%)

De plus, les consommateurs deviennent de plus en plus méfiants sur l’exploitation et le partage de leurs données avec les entreprises et les parties tiers. Neuf sondés sur dix (92%) indiquent être inquiets sur la protection de leurs données personnelles avec près de deux sondés français sur cinq (39%) considérant ne pas avoir de visibilité sur la manière dont les entreprises utilisent ou partagent leurs données. 23% des sondés sont très inquiets que leurs données personnelles soient volées.

« A la lumière des évènements récents et des changements légaux, les consommateurs ont de plus en plus besoin d’être rassurés quand il s’agit de données personnelles que les entreprises détiennent sur eux et de comment celles-ci sont partagées et utilisées » a indiqué Daniel De Prezzo, Head of Technology Southern Europe chez Veritas.

« Cela pourrait avoir des conséquences significatives pour les entreprises qui s’appuient sur la collecte des données des consommateurs pour fournir des services intelligents et ciblés, tels que les applications de localisation. Les entreprises les plus performantes pourront démontrer qu’elles réussissent à gérer et protéger les données personnelles en conformité de manière universelle. »