Huawei, le géant chinois construit son cloud

Huawei a réuni son écosystème à l'occasion de HCC 2015 (Huawei Cloud Congress), qui s'est tenu à Shanghai. Plus de 10.000 participants, dont une forte délégation française, sont venus découvrir ce que nous réserve le géant chinois en matière de Cloud. CloudMag y était également.

En direct de Shanghai - Connu dans nos contrées pour ses solutions dans le réseau, le géant Huawei a dévoilé sa stratégie dans le nuage à l'occasion de HCC 2015, l'une des plus grandes conférences liée au Cloud Computing, et consacrée à la marque. Dernière division créée par le géant chinois, le Cloud est également la plus ambitieuse. 

Après avoir équipé les réseaux et les opérateurs télécoms à la recherche de solutions qui accompagnent leur volonté de rationaliser leurs infrastructures et de réduire leurs coûts. Après une entrée fracassante dans la mobilité, moins connu en Europe mais très présent en Asie avec des produits de qualité. Après une présence forte, bien qu'également moins connue, dans le compute, en particulier le stockage des données, où le fabricant fait figure de challenger qui vient frapper à la porte du Top 5 des géants de ce domaine.Voici donc que Huawei se montre ambitieux sur le Cloud.

Fournisseur d'infrastructure pour le IaaS

En la matière, la stratégie du chinois se décline sur deux axes. Le premier est le plus connu et sera très présent en Europe : l'infrastructure. Huawei n'a eu qu'à plonger dans son catalogue pour composer la base matérielle de ses offres, puis laisser la main à ses 70.000 ingénieurs (!) qui officient dans la R&D pour construire une offre capable de supporter la demande dans l'IaaS (Infrastructure-as-a-Service). C'est dans ce domaine que le géant entend imposer sa patte. Et à écouter les Français présents sur HCC, il a tout pour réussir. Car Huawei ne se contente pas s'opposer avec une humilité toute chinoise à la superbe des acteurs américains du cloud, il associe à son catalogue des services que d'aucun lui envieraient. En particulier un support très présent, et une étonnante autant que rapide capacité de développement pour s'adapter aux problématiques d'interopérabilité et d'intégration, jusqu'en Europe où il déploie également ses centres de R&D. L'adoption massive d'Openstack n'est pas étrangère à cette efficacité, et Huawei est devenu au fil des années l'un des plus importants contributeurs à la communauté, en particulier et sans surprise dans les domaines qui participent à la construction de son offre.

Fournisseur de cloud public en Chine

Second axe de la stratégie cloud de Huawei, le marché chinois. Le gigantesque marché chinois, devrions-nous dire, où le constructeur a adopté un positionnement plus agressif d'opérateur de cloud public. Supporté par le gouvernement chinois, qui trouve dans le modèle Huawei - une coopérative propriété de ses salariés chinois (la règlementation chinoise ne permet pas aux salariés non-chinois de posséder des actions du groupe), mais surtout dans son succès tant en Chine qu'à l'international (qui représente 70% des revenus du groupe) - une alternative à la politique des grands groupes industriels en partie propriété de ce même gouvernement, à l'image d'un HTC ou d'un Lenovo, qui font actuellement souffrir son économie. Fournisseur de l'infrastructure, Huawei profite également en Chine de la difficulté des grands acteurs - américains ! - du cloud, contraints par les règles du marché chinois de s'associer à des entreprises chinoises pour pouvoir exister localement, et souffrent de ne pouvoir s'étendre à leur rythme et avec leurs outils.

Pas question, en revanche, d'adopter la même stratégie en Europe ou en France. Huawei est le fournisseur des opérateurs, tant télécoms qu'internet ou cloud, et entend le rester. L'organisation de nos marchés et la puissance de nos opérateurs sont trop engagées pour que le chinois cherche à jouer les troubles fête. Et puis, il y a suffisamment à faire, avec de nombreux potentiels, pour que Huawei parte à la conquête d'un hypothétique cloud public, dominé par des géants tels Amazon, Google et Microsoft. Le chinois préfère en revanche équiper les opérateurs, en particulier alternatifs, qui trouvent dans son catalogue les réponses à leurs attentes technologiques et de coût. Huawei considère que son avenir est dans l'équipement des infrastructures de IaaS, et le constructeur entend y occuper une place de premier plan, ce qui semble bien parti.

Yves Grandmontagne rédacteur en chef de IT Social