Informatique quantique : la prochaine guerre technologique qu’il ne faut surtout pas perdre !

Il y a 2 jours, IBM et l’université Caroline du Nord State ont annoncé un partenariat technologique particulièrement sensible : investir dans l’informatique quantique ! L’objectif est de parler compétences, formations, technologies autour du quantique. IBM va y créer un Q Hub. Pour IBM, il s’agit de créer un réseau mondial de Q Hub pour parler quantique. Aux Etats-Unis, l’Etat fédéral est particulièrement actif. En décembre dernier, un budget de 1,2 milliard $ a été injecté dans cette course. 

Actuellement, IBM a construit un système Q à 20 qubits, la prochaine étape est d’atteindre 50 qubits, dans moins d’un an ! Google avait annoncé un processeur quantique à 72 qubits. Actuellement, la puissance la plus élevée. 

Au niveau européen, un investissement d’un milliard a été annoncé sur… 10 ans ! La durée de l’investissement nous fait peur car la R&D exige des investissements de départ énormes. Des laboratoires de Grenoble ont récupéré 14 millions de cette somme pour le projet QuCube. Ce projet doit s’étaler sur 6 ans, avec l’espoir de créer un processeur d’une puissance de 100 Qubits.

La question est de savoir si le niveau actuel d’investissement en France et en Europe est suffisant. Prenons un simple exemple : Alibaba annonce un plan d’investissement R&D de 12 milliards €, dont une partie sera mobilisé au quantique. Intel, Microsoft investissent beaucoup dans le domaine.

La France possède des laboratoires très compétences et des chercheurs reconnus, quelques startups et des groupes investissent dans le quantique tel que Atos. Le problème est qu’il faut penser au-delà de la France et fédérer les budgets et les compétences. Seule, la France ne peut réussir, nos investissements sont trop faibles. 

François Tonic