Migrer son écosystème ERP dans le Cloud pour accélérer la croissance Etat des lieux et premières étapes à suivre

Depuis l’inventaire et la production jusqu’aux bons de commande et au pilotage financier, l’infrastructure ERP d’une entreprise tient une place plus essentielle que jamais dans l’environnement numérique actuel. Mais les solutions installées peinent à fournir l’efficacité, la rapidité et la souplesse indispensables à l’ère de l’intelligence numérique, et le passage à un système ERP basé dans le cloud prend de l’ampleur. 

Dans la plupart des entreprises que je rencontre, le système ERP date d’il y a 7 à 10 ans. La mise à niveau des systèmes installés est pénible à effectuer, surtout quand les mises à jour et les correctifs entrent en conflit avec les personnalisations et les extensions « maison ». Cela amène la plupart des sociétés à abandonner les mises à niveau et à se priver ainsi des évolutions constantes de l’ERP. C’est pourquoi la migration de l’ERP dans le cloud gagne en popularité. Le grand avantage réside dans la possibilité de maintenir le système à jour en permanence avec la dernière version grâce à de meilleures architectures d'extension et à des mises à jour constantes de la plate-forme ERP elle-même, qui sont offertes par les éditeurs dans le cadre de leurs contrats de licences.

Le cloud permet aussi d’expérimenter et d’évoluer plus rapidement, en amont comme en aval. Une entreprise a parfois besoin de 100 serveurs sur place à un instant T pour un projet ou un calcul important, mais elle n'en aura peut-être plus besoin ultérieurement. Le cloud offre la possibilité d’exploiter la puissance de calcul requise en fonction des besoins. Cela simplifie certaines expérimentations, comme le développement d’algorithmes intelligents et le machine learning.

D’autres impératifs sont à l’origine d’une migration dans le cloud. Une nouvelle étude de Forrester, menée en France, en Belgique, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni auprès d’un panel de décideurs informatiques, fait état d’un immense intérêt et d’un sentiment d’urgence impératif à l’égard de cette transition.

La plupart des solutions ERP en place présentent plusieurs inconvénients :

  • Elles ne possèdent pas les contrôles de sécurité et de protection de la vie privée exigés par la Réglementation générale sur la protection des données (RGPD).
  • Elles ne sont pas compatibles avec les nouveaux modèles agiles qui s’appliquent dans la sphère numérique et qui placent les clients au premier plan.
  • Et pour la maintenance et les mises à niveau, elles ne proposent que des mécanismes peu clairs, coûteux ou complexes.

L’étude Forrester met en exergue quatre avantages majeurs d’un ERP dans le cloud du point de vue des décideurs informatiques qui veulent mieux mettre à profit les données pour en tirer des informations exploitables, afin d’ouvrir la voie à la transition numérique.

  • 83% des répondants français voient l’ERP dans le cloud comme une solution permettant aux entreprises de se connecter de manière transparente avec les clients.
  • Les dirigeants français qui ont répondu à l’étude ont été les plus intéressés par la capacité de l’ERP Cloud à se connecter et à comprendre les besoins des consommateurs digitaux. 83% d’entre eux reconnaissent l’importance de l’ERP Cloud dans l’application de l’analyse prédictive pour les données financières, contre 64% dans l’ensemble.
  • Les décideurs IT français sont également plus optimistes quant aux aptitudes de l’ERP Cloud à intégrer les données issues de l’IoT. 78% d’entre eux sont d’accord avec cette notion contre 71% sur l’ensemble des interrogés.
  • Les répondants français sont également plus positifs quant à l’importance de l’ERP dans le Cloud public concernant les données financières. 72% l’ont souligné, contre 63% pour l’ensemble de l’échantillon.

Comment les entreprises peuvent-elles se préparer dès maintenant ?

Un système basé dans le cloud présente des avantages et certains obstacles. Mais pour beaucoup d’entreprises, sa mise en œuvre se révèle encore être impossible pour des raisons économiques, mais pas seulement. Pour mettre le pied à l’étrier, elles peuvent toutefois commencer à suivre quelques étapes :

  1. Définir une feuille de route. Pour les entreprises freinées par des contraintes financières, mais désireuses de passer au cloud, le plus important est d’établir une feuille de route claire définissant leur but, puis de commencer à s’engager dans cette direction. La feuille de route est utile aussi pour la planification des stratégies en matière d’IT et d’ERP. Par exemple, si la feuille de route indique que le cloud est en vue, il est sans doute préférable de ne pas investir dans du nouveau matériel.
  2. Piloter les données. L'autre élément de l'équation consiste à déterminer ce qu’il adviendra des données – que se passera-t-il pour les données et leur stockage en vue d'un futur passage au cloud ? Ce point doit être résolu par l’entreprise et pris en compte dans la feuille de route.
  3. Préparer les collaborateurs. Pour préparer la migration dans le cloud, les entreprises doivent attribuer les responsabilités et aider les employés désignés à se tenir prêts à les endosser. Il faudra, par exemple, désigner les responsables du processus global.
  4. Débuter les essais. S’il est prévu d’accompagner la migration dans le cloud par des projets futurs d’IA ou d’automatisation robotisée des processus (RPA), les entreprises peuvent tout à fait commencer à tester dès à présent ces technologies sur les systèmes existants pour se projeter dans l’avenir.

Il est clair qu'un ERP intelligent et basé dans le cloud, doté d'outils d'analyse intégrés et de la capacité de bénéficier de technologies récentes comme la blockchain, offre aux entreprises une occasion unique de transformer des industries et des marchés entiers. Les clients n’attendront pas indéfiniment.

Pour en savoir plus sur l’étude : https://www.avanade.com/fr-fr/media-center/press-releases/etude-forrester

André d’Ambrières, Business Applications Offerings Lead chez Avanade France